Cantonales suite et fin: duels et transferts de voix

Dimanche 27 a eu lieu le deuxième tour des élections cantonales, dont j’ai déjà un peu parlé ici ou ici. Et qui dit second tour dit duels :


Comme on peut le voir, le “classico” du second tour c’était le duel UMP-PS (336 cas). Mais ce qui intéressait tout le monde c’était plutôt les cas où le FN était présent: 403 scrutins. Alors que s’est-il passé? est-ce que les voix se sont bien transférées?

Ce que j’ai lu suite aux cantonales, c’est que si les électeurs de gauche avaient fait barrage au front national dans le cas des duels entre le FN et la droite, ce n’était pas trop le cas des électeurs de droite qui s’étaient souvent contentés de laisser gagner la gauche sans se mobiliser davantage. Alors voyons ce que disent les chiffres.

Sur les 403 cantons où le front national s’est maintenu, il y a eu 266 duels avec la gauche et 127 avec la droite. On va passer sur les 10 autres cas de figure (triangulaires, duel avec une autre formation etc.) parce que ce qui nous intéresse ici c’est de voir pour qui vote un électeur d’une grande faction qui ne se retrouve pas au second tour.

Dans le cas des duels droite-FN, il y a presque 240,000 électeurs qui avaient voté à gauche au premier tour et qui se sont fait confisquer leur vote. Bien plus que les voix supplémentaire récoltées par les candidats de droite (environ 150,000)! De même, il y a eu environ 280,000 électeurs de droite qui n’ont pas pu soutenir leur candidat au deuxième tour, alors que les candidats de gauche n’ont récupéré que 190,000 voix en plus.

Dans les deux cas, la participation a augmenté: environ 210,000 votants en plus. Pourtant, il y a eu une augmentation du nombre de votes nuls (plus de 150,000 supplémentaires) et surtout, un fort gain des voix du FN (presque 300,000).

Qu’est ce qu’on peut en déduire?

L’idée d’un front républicain, d’une mobilisation massive d’électeurs de tout bord qui empêcheraient systématiquement la victoire d’un candidat FN est bien mise à mal. Dans ces 403 cantons, la participation n’était que de 55.28%, pas très différente de la moyenne nationale. On a déjà vu plus mobilisé!

En plus, il n’y a pas de report systématique des voix vers l’adversaire du FN (et ce dans les deux cas, gauche/FN ou droite/FN). En fait, le FN est même capable de gagner des voix entre les deux tours et même beaucoup de voix! Bref, il n’y aura plus d’effet 5 mai 2002 et tout est désormais possible pour les candidats du FN.